Logo
Aly Mazeh
Aly Mazeh

Né à Abidjan en 1996, Aly Mazeh est un artiste peintre autodidacte d’origine libanaise s’inspirant des différentes cultures de son enfance pour construire des univers équivoques faits de patchworks et de couleurs édulcorées. Entre proportion et désordre, les nombreux symboles projetés sur la toile invitent le spectateur à concevoir une interprétation selon ses propres clés de lecture. L’artiste laisse donc délibérément place à l’imagination à travers ces caractères visuels énigmatiques voués à évoquer des souvenirs, des ressentis racontant une histoire singulière à chacun.

Sa première exposition « Renaisens » en 2021 décrypte la place de l’humain au centre de la société.

Aly Mazeh est également le fondateur de « Yakomin » qui propose des ateliers créatifs pour introduire la pratique de l’art en général auprès du grand public en Afrique.

Instagram @alymazeh

Wambêlê, 2021, acrylique sur toile, 100 x 100 cm

Le Wambêlê, représenté au centre du tableau, est l’un des grands masques du peuple Sénoufo. Protecteur et biface, il est fait de deux faces opposées symbolisant une dualité, une dichotomie entre la tradition et la modernité au cœur de la société ivoirienne. Cette œuvre est un hommage à l’héritage culturel à travers ses symboles que l’artiste appelle à conserver et à intégrer dans nos vies contemporaines.

Trois pensées, 2021, acrylique sur toile, 100 x 100 cm

La pièce tripartite où se situe le personnage central est une métaphore de son propre état d’esprit, divisé et enfermé dans un cadre où grouillent ses pensées inondant sa réalité.

TV station on move, 2021, acrylique sur toile, 150 x 100 cm

L’élément central, la télévision, est recouvert par la végétation accentuée par la présence éloquente de la couleur verte évoquant la nature qui suit son cours et qui reprend toujours ses droits. Aly Mazeh lance un appel à revenir à l’instant présent et à s’éloigner des écrans ou médias si friands du temps qui passe.

Unboxing dreams, 2021, acrylique sur toile, 100 x 100 cm

L’artiste rend hommage au rêve, à la candeur et à l’insouciance de l’enfance, période essentielle durant laquelle une détermination naît chez chaque individu à se créer une identité propre dans un monde oscillant entre l’imaginaire et le réel, libéré de toutes injonctions sociales.

Deep flower, 2022, acrylique sur toile, 148 x 70 cm

La rose, au centre, évoque les expériences positives comme négatives permettant à l’individu de se construire notamment au travers de celles d’autrui : notre monde est fait d’un champ de fleurs tributaires d’elles mêmes.

 

Deep flower

  • wambele
    Wambêlê
  • Trois pensées
    Trois pensées
  • TV station on move
    TV station on move
  • unboxing dreams
    Unboxing dreams