Logo
Khalifa Ndiaye
Khalifa Ndiaye

Khalifa Ndiaye est un jeune artiste photographe résidant à Dakar dans le célèbre quartier de la médina. Il débute avec la pratique de la peinture en 2014 et se tourne à partir de 2016 vers la photographie. Il est à la fois photographe de rue, photojournaliste, photographe de plateau et enfin, photographe surréaliste.

Cherchant constamment à surprendre le spectateur, le photographe joue avec l’ambiguïté autour de la notion de réalité. Depuis 2017 son travail fait l’objet de diverses expositions. En 2020 il est lauréat du prix Kuenyehia Prize au Ghana.

Instagram @khalifahussein_set

 

Supertopia, 2021

Cette série d’autoportraits met en évidence l’homme et son environnement de manière surréaliste à travers ses présomptions psychiques (les rêves) et son incapacité à en donner une explication au réveil. Ce projet émet une réflexion sur les choses dont seule l’imagination nous permet réellement de comprendre. L’artiste souhaite faire voyager le spectateur, éveiller ses sentiments et le plonger dans un éternel questionnement.

Le savoir donne des ailes

Le savoir est l’une des plus grandes armes lorsqu’il est utilisé à bon escient. L’homme doit être déterminé afin d’acquérir des connaissances pour s’élever et s’éloigner de l’ignorance. La connaissance est essentielle à notre évolution ; elle ouvre notre esprit, nous rend capable, nous donne des ailes.

Le malade mental

Cette photographie rend hommage aux personnes internées dans les hôpitaux psychiatriques, qui peinent à retrouver leur santé mentale.

Le clandestin

Cette œuvre fait référence aux immigrés clandestins quittant l’Afrique vers l’Europe de façon périlleuse, par la mer, afin de fuir la misère et la pauvreté. Les causes sont multiples : le chômage, l’octroi de la mer aux bateaux étrangers, la pression sociale et familiale, ou encore le « il a réussi le voyage alors pourquoi pas moi ? » d’où le terme « Barça » ou « Barssak », amenant chaque migrant comme prêt à affronter l’océan. Aujourd’hui, à cause des conditions très difficiles du voyage, beaucoup d’entre eux n’arrivent jamais à destination : ils meurent, noyés sous les eaux, voyant leurs rêves sombrés.

Le collecteur de sel

Le lac Retba ou lac Rose est l’un des sites les plus visités au Sénégal. Le lac est connu par sa couleur rose qu’il prend par la présence d’une algue dans l’eau. Aujourd’hui, c’est l’un des plus grands sites d’extraction de sel, exploité par ceux que l’on appelle les « récupérateurs de sel ». L’extraction du sel est devenue leur activité principale pour vivre.

DKR 4459 (extrait vidéo)

L’an 4459, Dakar devient la ville la plus peuplée au monde. Un groupe d’architectes et de scientifiques sénégalais s’engagent à défier les lois de la physique en créant une duplicature architecturale de la ville.

La Danse du fantôme

Le Fantôme : un être tellement mystérieux et surnaturel. La danse : un mouvement du corps et une forme d’art vivant. Quand les deux se croisent, chacun démontre sa force, d’où la danse du fantôme.

 

Voir le site de l'artiste

  • Le savoir donne des ailes
  • Le malade mental
  • A la quête de la lumière
  • Le clandestin
  • La danse du fantôme
  • La danse du fantôme 2
  • Le collecteur de sel
  • Le collecteur de sel 2
  • DKR 4459 3
  • DKR 4459 (extrait vidéo)